Accueil

Je me présente

Généalogie de Villeneuve

Sites Web favoris

Bibliographie

Annonces

Contactez-moi

 

  Le Village  
     
  La Vie religieuse : son histoire et son église  
 

 

 
     
     
  Contexte historique  
  Situation ecclésiastique  
  Historique de l'orgue  
  Les différents prêtres de Villeneuve  
  La statut de la Vierge  
  Précis historique de la paroisse avant et après le concordat de 1801  
  Histoire et rôle des "fabriques" dans les villages  
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
Contexte historique de l'église  
 

 

 
 

L'abbé Joseph Xavier Petite prête le serment civique. Il avait été élu en mai 1790 comme conseiller du nouveau département du Doubs. Ce fut le dernier curé de Villeneuve à signer les registres paroissiaux avant la parution des registres municipaux le 13 novembre 1792

 
     
 

L'église a été reconstruite en partie (nef, choeur et sacristie ) en 1832. De l'édifice primitif seul reste la tour-clocher du XV° siècle sauf la partie supérieure du clocher qui date du XIX° siècle. Hormis l'autel du maître-autel qui est du XVIII°siècle, l'ensemble du mobilier, des statues et des toiles est du XIX° siècle.

 
     
  1856 Lettre Du curé Honoré Cordier à l'archevêque de Besançon au sujet du clocher à reconstruire et du porche  
     
  1857 Travaux en cours d'exécution au porche de l'église  
     
  30 juillet 1869 Réparation du clocher et acquisition de 2 cloches  
     
  1891 Le conseil municipal a voté en faveur de la fabriqueun secours de de 3000 F pour les réparations  
     
  1891-92-93 Beaucoup de dons pour les réparations de l'église. Qelques dons anonymes  
     
  29 sep 1902 Demande de déplacement du curé Léon Pourny pour insultes publiques dans un sermon à l'église contre la République et le gouvernement  
     
  1906 Protestation du conseil de fabrique contre l'inventaire de l'église fait par l'inspecteur des domaines  
     
     
     
     
     
 

 
 

L'hôtel principal et la fresque représentant le jugement dernier réalisée en 1901

L'hôtel dédié à Marie

 
     
   
 

Extrait du Pays Comtois N°21 Vacances 1933 Service Régionaliste illustré M. A Pidoux de la Maduère dit :

Eglise moderne sous le titre de St Antoine abbé, a, à l'abside, le superbe "jugement dernier" peint par le chanoine Moirot. Le bon curé de Censeau a mis là des portraits de ses paroissiens. Il a même, et c'était, je le crois, bien uniquement en peinture, car je sais ce que valent les braves gens de Mièges, placés certains paroissiens en enfer. L'original du damné aux yeux de flammes qui est en avant se montrait, me disait le peintre, satisfait de son portrait. Même en enfer, il était fier de figurer dans un tableau de son curé et d'être exposé dans une église. (voir article de l'Est républicain lors de l'inauguration de la fresque)

 
     
 

 
 

Vitrail  représentant l'apparition du Christ en 1673 à Soeur Marguerite Marie de Paray le Monial, origine  de la dévotion au

Sacré Coeur de Jésus

Vitrail représentant les apparitions de la Vierge Marie à Bernadette à Lourdes en 1858 où elle confirme :

"Je suis l'Immaculée conception"

 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
Situation ecclésiastique  
  Doyenné de Salins, église vicariale de Ste Anne sous le vocable de St Antoine dépend donc de St Anatoile de Salins  
  Devenue succursale au décret du 30 septembre 1807  
  Le premier recteur de l'école fût Claude Antoine Jeannin de 1737 à 1758  
  Des organismes paroissiaux appelés "Fabrique" ont été créés en 1809 charger de veiller à l'entretien et la conservation des église. En 1905 ils furent remplacés par des associations culturelles ou des conseils paroissiaux. Regroupés depuis en conseil de communautés de paroisse  
 

Aujourd'hui l'église fait partie  de la zone pastorale du Haut Doubs forestier , doyenné de Levier Frasne

 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
Historique  de l'Orgue  
     
 

Le 13 Septembre 1846

Jeu d'orgue placé dans l'église de Villeneuve  par Edouard Rothe 32 rue de Chaignier Dijon

Orgue susceptible d'être agrandi ou complété plus tard

 
     
 

Le dimanche de Quasimodo 1847 Réunion du conseil de fabrique

Les tuyaux de l'orgue étant placés, partie contre le mur du clocher et partie dans un buffet ouvert par derrière, il serait à craindre que, par curiosité, on ne retirât de leur place les dits tuyaux, pour en mieux voir la construction et le mécanisme, ce qui nuirait nécessairement à l'accord et pouvoir même briser quelques uns de ces tuyaux.

 

Les bacs les les chaises de la tribune seront réservés pour l'organiste, le souffleur, les chanteurs, et chanteuses.

 
     
  16 octobre 1894  
  Payé 20 F à Just Caillier de Déservillers pour mettre en ordre les pièces éparses de l'orgue  
     
  18 novembre 1894 (du livre des comptes de la fabrique de Villeneuve)  
  L'organiste est payé 25 F (ceci pendant dix ou quinze ans)  
     
     
  En complément et avec l'autorisation de Catherine Mareschal  
          "Petit orgue , je t'aime"  
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
A la mémoire des prêtres qui ont administré la paroisse de Villeneuve d'Amont  
 

Ont peut lire sur la tombe centrale à droite du porche de l'église la liste des curés de Villeneuve enterrés dans cette tombe

 
 

 

 

 
 
Claude Caire 1624-1648

Marc Claudet

1648-1658

Jean Pierre Greuillot 1658-1677
Joseph Cuenet 1677-1724
Anatoile Fourneret 1724-1758
Denys Fourneret 1758-1787
Joseph François Xavier Petite 1787-1810 (mort à Villeneuve)
Jean Etienne Joly 1810-1815  (06/1810 à 04/1815 muté à Port Lesney 39)
Pas de Titulaire fin avril 1815 à sept 1817
Claude Joseph Laloue 1817-1830  (10/1817 à oct 1830 retiré à l'hôpital de Besançon)
Honoré Cordier

1830-1860  (1 oct 1830 au 8 janv 1860 date de sa mort à Villeneuve)

Né le 19/07/1805, ordonné le 30/10/1828,

originaire de Byans les Usiers

François Berthet 1860-1889  (mars 1860 au 12 nov 1889 date de sa mort à Villeneuve)
Léon Pourny 1889-1914  (du 1 oct 1889 à 1914)

Henri Renaud

1915-1922
Joseph Humbert 1925-1962

Chabod

1962-1972

Millet 1972-1975
Binétruy 1975-1982
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
Erection d'une statue de le Vierge  
 

Un compte rendu du conseiller municipal du 22 septembre 1892 stipule que ce conseil a donné son accord pour vendre à la "fabrique"  de Villeneuve une parcelle de terrain de 2,5 ares pour la somme de 20 francs, soit 7020 € ( 28€ le m2 en 1892). Cette somme recueillie sera versée aux indigents de la commune. Voir la copie du compte rendu, ave la signature des 8 conseillers municipaux et celle du maire

 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
Précit historique de la paroisse de Villeneuve avant et après le concordat de 1801 d'après les notes de Jeanne Daloz  

Voir la copie de l'original du Pouillé de la paroisse

 

Précis historique de la paroisse de Villeneuve d'Amont

 

Pouillé de la paroisse de Villeneuve d'Amont

Archidiaconi de St Ferjeux

Doyenné de Levier Paroisse de Villeneuve d'Amont

 

Paragraphe 1° : Précis historique rapide des faits antérieurs au concordat de 1801

 

    1°/ Quel est l'origine de la paroisse ?

Jusqu'à l'année 1420, le village de Villeneuve d'Amont, qui compte aujourd'hui 333 habitants, était rattaché , pour le service religieux, à l'église de Sainte Anne (initialement appelée Sainte Agnès) qui comprend comme paroisse les trois hameaux de Sainte Anne, du Crouzet et de Villeneuve d'Amont.

En 1420, les habitants de Villeneuve d'Amont obtiendront de Monseigneur Thiébaud de Rougemont, Archevêque de Besançon, l'autorisation de construire, au milieu de leur village,  une chapelle en l'honneur et sous le vocable de Saint Antoine ermite, avec des fonds baptismaux et un cimetière autour de la chapelle. Il est stipulé dans l'acte d'autorisation que le curé de Sainte Agnès et ses successeurs seront tenus d'aller dire une messe dans la dite chapelle de Villeneuve tous les jours de dimanches et de fêtes d'obligation.

Donc à partir de 1420 les baptêmes et enterrements qui s'étaient toujours faits à Sainte Agnès se firent à Villeneuve d'Amont pour les habitants de ce village et la chapelle devint une annexe paroissiale de Sainte Agnès.

Un peu plus tard les habitants de Villeneuve d'Amont se libérèrent complètement, d'un florin d'or par an, de l'obligation de continuer à entretien ou à la reconstruction de l'église de Saint Agnès.

Les choses restèrent dans cet état jusqu'en l'an 1695. A cette époque les habitants de Villeneuve d'Amont ayant, sur la demande du curé de Sainte Agnès, construit à leur frais un presbytère, le dit curé vint y fixer sa résidence. Par le fait, Villeneuve d'Amont devint le chef lieu de la paroisse avec Sainte Agnès pour annexe et le Crouzet comme dépendance.

 

    2°/ Indiquer l'acte d'érection, si on l'a, et sa date , si on la connaît

L'acte d'autorisation accordé par Monseigneur l'Archevêque de Besançon aux habitants de Villeneuve d'Amont de construire une chapelle , d'y avoir la messe les jours de dimanche et de fêtes d'obligation, d'y faire les baptêmes et les enterrements, cet acte , en date du 13 mai 1420 sur parchemin , est conservé aux archives de Villeneuve d'Amont. (voir nota 1)

 

    3°/ Quels sont les faits saillants à relever du point de vue religieux, civil militaire, artistique, nationaliste.

Néant

 

    4°/ Quel est le style architectural de l'église ? Indiquez au moins sa forme  et son état, la date de sa construction, si elle est connue   

La première chapelle bâtie en 1420 a été remplacée par l'église actuelle en 1836. Il ne reste de la première construction que le porche et la base du clocher qui sont de style gothique, ce qui laisse à supposer que la chapelle était du même style

 

Paragraphe 2° : Précis historique rapide des faits postérieurs au concordat de 1801

 

    1°/ La paroisse a t elle été reconnue par le concordat ? Sa création date t elle ? A une époque postérieure ? En ce cas quel est sa date d'érection ?

A l'époque du concordat 1801 les trois villages : Sainte Agnès, Le Crouzet , Villeneuve, qui n'avaient formé qu'une seule paroisse, formèrent deux paroisses distinctes : la paroisse du Crouzet, Sainte Agnès et la paroisse de Villeneuve d'Amont.

Je suppose bien que la paroisse de Villeneuve d'Amont a bien été reconnue par le concordat mais je n'en ai pas la preuve

 

    2°/ A t elle toujours eu un curé résident ?

Oui, à l'exception de deux années 1816-1817 pendant lesquelles la paroisse a été administrée par l'abbé Blussand, curé de Gevresin.

 

    3°/ Quels sont le titulaire et le patron de l'église

Saint Antoine l'ermite

 

    4°/ Quel est le style architectural et la forme de l'église?

L'église n'a pas de style caractérisé, elle se rapporte pour la forme des basiliques romaines : trois nefs, la voûte et la grande nef cintrées et coupées par des arcs doubleaux se terminant par un abside en forme de niche. Des piliers toscans supportent des arcs surbaissés et une corniche courte tout autour de l'église. Les petites nefs ont des plafonds, de chaque coté six fenêtres cintrées, une grande rosasse à la voûte, au dessus de l'hôtel, répand une bonne lumière dans le coeur de l'église.

Nota 1 : Il n'y a plus d'archive à Villeneuve, un contact a été pris avec le presbytère de Levier qui a permis de retrouver l'original du Pouillé de la Paroisse. Un contact pris avec les archives diocésaines de Besançon n''ont pas permis de retrouver le parchemin précité.

 
     

La dernière mise à jour de ce site date du 31/12/14